J'aime les nouvelles tendances - Kimberly Anderson

Mon blogue

J'aime les nouvelles tendances

J’adore les nouvelles boutiques et je ne peux pas m’empêcher de passer dans n’importe quel commerce nouvellement ouvert. Je scrute les tendances qui se dégagent des collections exposées sur les vitrines. J’aime la nouveauté, et je renouvelle souvent ma vaisselle tout comme mon linge de maison. Bien sûr, j’apprécie de suivre la mode du moment, encore que je reconnaisse que j’ai mon style, qui se manifeste par une façon personnelle d’accorder les tissus et les accessoires. Parfois, je ne trouve rien à me mettre, alors que je possède une garde-robe remplie. Me préparer pour une soirée nécessite plusieurs heures. Cela commence toujours par une infusion au citron et au gingembre, juste après mon bain. Les cheveux enroulés dans une serviette pour laisser agir le masque de beauté que je pose dessus, je lis un magazine. Une musique douce rythme l’ambiance. Sereine, les traits détendus, une fois mes cheveux préparés, je peux choisir la tenue que je mettrai.

L’autre jour, j’ai été terriblement ennuyé par un problème que j’aurais dû prévoir. J’ai changé la couleur de ma chevelure. D’un châtain clair, je suis passée à un rouge braise. J’adore ces reflets, mais je n’avais pas pensé que certaines de mes robes ne seraient pas accordées avec ce ton. J’ai donc mis une petite tunique noire, un pantalon large en coton, des sneakers et j’ai couru dans une boutique de vêtements, que j’avais repérée pendant une promenade dans mon quartier. Je savais qu’elle avait ouvert récemment. J’avais hâte d’y aller, mais je n’aurais jamais pu prévoir que ce serait dans de telles circonstances. Par chance, j’ai pu acheter exactement ce que je cherchais. Mon exigence sur la couleur était satisfaite et je pouvais, en tout quiétude, me préparer pour la fête.

J’ai reçu un message d’Alexis dans l’heure qui suivit. Il m’avait envoyé un lien pour que je puisse contacter des spécialistes en gestion de patrimoine Qu├ębec. J’étais presque prête quand j’entendis l’orage gronder. Il n’avait pourtant pas été annoncé dans les bulletins météorologiques. Je ne pouvais pas porter les escarpins assortis à ma robe. Après beaucoup d’hésitations, j’ai préféré mettre des bottes en daim, d’une couleur naturelle, munies de talons hauts carrés. J’ai mis sur mes épaules un poncho en laine, et je suis sortie affronter les éléments. Je n’avais que quelques minutes de marche entre mon immeuble et celui où j’allais, mon parapluie m’a été d’un grand secours, je dois l’avouer.